Sommaire

1. Transition des tests sur site aux tests à sitance

2. Aspects juridiques du point de vue du client
2.1 Consentement des participantes et participants avant le test
2.2 Consentement des testeuse et testeurs après le test
2.3 Conseils pour un processus fluide
2.4 À venir: signature numérique des testeuses et testeurs via TestingTime

3. Aspects juridiques du point de vue de TestingTime

1. Transition des tests sur site aux tests à distance

Avec le COVID-19, les tests d’ergonomie à distance deviennent de plus en plus populaires et se présentent comme une alternative aux tests dans un bureau ou dans un laboratoire d’ergonomie. Cela s’explique, d’une part, par le fait que toute transmission de germes entre le modérateur et la testeuse ou le testeur est exclue. D’autre part, par une mise en place rapide, une facilité de recrutement de candidats appropriés (selon le pays, la langue), et en tant qu’organisateur, vous n’avez plus à trouver un studio de test ou à vous occuper de la restauration des testeuses et testeurs. Mais revenons à notre article. Dans les paragraphes qui suivent, je vous présente les avantages et les inconvénients des tests UX à distance.

2. Aspects juridiques du point de vue du client

Dès que le basculement « à distance » doit être effectué, la seule question qui se pose souvent est de savoir quoi faire en ce qui concerne la signature du NDA (non disclosure agreement) et l’obtention du consentement nécessaire lors de tests via Lookback, etc. On nous demande souvent si nous pouvons fournir un NDA standard – malheureusement, cela n’est pas possible car nos clients, leurs modèles commerciaux et les exigences légales sont trop différents pour cela. La question de l’envoi demeure : bien entendu, vous pouvez expédier à chaque testeuse et testeur les formulaires habituels par la poste et exiger une signature AVANT la date du test et un renvoi par courrier – une solution sûre. Mais qui planifie ses tests utilisateurs si longtemps à l’avance que l’aller-retour et la procrastination redoutée des testeuses et testeurs n’entrainent pas un problème d’organisation ? Dans la plupart des cas, la « signature électronique » ou un accord qui remplace la signature physique est plus réaliste.

2.1 Consentement des participantes et participants avant le test

Depuis quelques années, des règles et des lois sur les signatures électroniques sont en vigueur. Vous pouvez trouver un aperçu ici. Selon l’occasion et le but, il existe différentes formes et « niveaux d’engagement ». Et plusieurs de nos clients, qui effectuent régulièrement des tests à distance et qui ont clarifié des questions juridiques pertinentes pour eux-mêmes, sont parvenus à la conclusion avec leurs juristes que le plus haut niveau de sécurité n’est pas requis pour lesdits accords sur la confidentialité et le consentement à l’utilisation de l’enregistrement vidéo. En effet, il s’agit d’un accord contraignant que les deux parties acceptent comme tel. En conséquence, les conseillers juridiques des entreprises qui recrutent régulièrement par notre intermédiaire acceptent et optent régulièrement pour les options suivantes :

  1. les testeuses et testeurs confirment simplement leur acceptation de l’accord de confidentialité et donnent leur consentement à l’utilisation de l’enregistrement vidéo par e-mail.
  2. La même confirmation peut être obtenue en cliquant sur une case à cocher.
  3. ou en utilisant des logiciels utilisés pour la signature numérique (tels que HelloSign, Adobe Sign, etc.).
  4. Les testeuses et testeurs impriment le contrat, le signent à la main et envoient au client un scan ou une photo.

2.2 Consentement des testeuses et testeurs après le test

Bien entendu, toutes les options mentionnées ci-dessus supposent que les testeuses et testeurs pensent à faire ce petit « travail » à l’avance. Cependant, s’ils oublient de confirmer les accords nécessaires avant le début de la session, cela ne doit pas pour autant être rédhibitoire. En effet, certains clients utilisent une cinquième option dans de tels cas : le modérateur demande à la testeuse ou au testeur, alors que le test et l’enregistrement vidéo sont déjà en cours, son consentement à l’utilisation en interne de l’enregistrement vidéo et son acception de l’accord de confidentialité. S’il accepte, il s’agit, selon les juristes de ces clients, d’un contrat oral documenté en image et en son.

2.3 Conseils pour un processus fluide

Bien entendu, il est préférable et plus sûr d’utiliser l’une des quatre premières options présentées sous « 2.1 Consentement des participantes et participants avant le test ». Autre conseil important : il est toujours conseillé d’indiquer lors du recrutement que de tels accords sont nécessaires. Chez TestingTime, les clients peuvent saisir ces informations sous « Message aux testeuses et testeurs » dans le champ « Instructions ». Elles sont ensuite communiquées directement aux testeuses et testeurs invités.

2.4 À venir: signature numérique des testeuses et testeurs via TestingTime

Nous travaillons actuellement sur une fonctionnalité qui facilitera grandement l’obtention des signatures numériques nécessaires : lors de la commande, le client téléchargera alors simplement les documents qui doivent être signés à l’avance. Nous y ajouterons ensuite un champ de signature et les enverrons aux participants qui ne pourront faire le test qu’une fois qu’ils auront signé tous les documents nécessaires. Les clients pourront ensuite télécharger à nouveau les documents signés via un lien spécifique. Cette fonctionnalité est prévue pour le troisième trimestre de cette année. Nous tiendrons nos clients informés.

3. Aspects juridiques du point de vue de TestingTime

En principe, TestingTime n’est qu’un intermédiaire entre ses clients et les testeuses et testeurs (voir les CGV). Les testeuses et testeurs acceptent nos conditions d’utilisation lors de leur inscription. Celles-ci clarifient, entre autres, les aspects juridiques tels que le stockage et la divulgation des données personnelles suite à leur inscription. En outre, le déroulement général des tests de produits et l’invitation à participer à des tests de produits sont expliqués. Nous respectons pleinement le règlement général sur la protection des données de l’UE (RGPD) et attendons la même chose de nos clients.

Les sujets tels que la confidentialité (NDA) et le consentement à l’utilisation de l’enregistrement vidéo pour des tests spécifiques doivent toujours être traités directement entre nos clients et les testeuses et testeurs. Un modèle de NDA conforme au RGPD est téléchargeable ici. Toutefois, nous tenons à préciser que nous ne sommes pas des experts juridiques. C’est pourquoi, en cas de doute, nous vous prions de demander l’avis de votre équipe juridique interne ou externe.